Trafigura logo
Press release

Trafigura announces strong 2014 Annual Results alongside a confident future outlook

Amsterdam, le 8 décembre 2014 ‐ Trafigura Beheer B.V., (« Trafigura »), une société leader du
secteur des matières premières, a annoncé aujourd’hui ses résultats pour l’exercice clos au 30
septembre 2014. Ces derniers montrent une croissance rentable et des marges bénéficiaires en
augmentation, ainsi que d’importants investissements dans les infrastructures, la logistique et
ses relations clients.

Le chiffre d’affaires atteint 127,6 milliards USD en 2014, soit une baisse de 0,4 % par rapport
aux 128,1 milliards USD enregistrés sur une base comparablei
en 2013. La marge brute a progressé de 14 %, sur une base comparable, à 2,045 milliards USD, avec une hausse particulièrement forte pour l’activité pétrole et produits pétroliers, qui a plus que compensé le déclin de la division métaux et minerais. La marge brute s’est élevée à 1,6 % contre 1,4 % sur une base comparable en 2013. Le résultat net pour l’exercice a été de 1,080 milliard USD, soit une baisse de 50 % sur 2013, essentiellement imputable à la déconsolidation de Puma Energy du bilan du Groupe, intervenue à la fin de l’exercice précédent.

Deux cessions majeures ont généré un gain avant impôts de 587 millions USD durant l’année :
la vente à Buckeye Partners LP de 80 % des parts de Trafigura dans le terminal de stockage
pétrolier de Trafigura AG à Corpus Christi, dans le sud du Texas, et la vente de l’activité bitume
de Trafigura à Puma Energy.

L’EBITDAii a progressé de 13 %, à 1,309 milliard USD, contre 1,155 milliard USD en 2013 sur une base comparable. Les chiffres de l’EBITDA sont utilisés comme mesure la plus appropriée du
bénéfice d’exploitation de la société, compte tenu de la croissance du portefeuille d’actifs
immobilisés et de l’augmentation conséquente des montants de dépréciation et
d’amortissement.

Les volumes négociés ont augmenté pour les deux divisions commerciales, avec des résultats
particulièrement solides pour l’activité pétrole et produits pétroliers, métaux et Charbon. Le
volume total des produits pétroliers négociés a augmenté de 2 %, à 120,4 millions de tonnes,
alors que Trafigura traite désormais plus de 2,5 millions de barils par jour. Les volumes de la
division métaux et minerais ont affiché une hausse globale de 49 %, de 32,9 à 49,1 millions de
tonnes. Cette progression s’explique par la forte croissance de l’activité Charbon, où Trafigura
figure désormais parmi les trois premiers négociants au monde. Le volume de la division
métaux et minerais non‐ferreux a augmenté, passant de 9,7 à 11,3 millions de tonnes, grâce
aux ventes réalisées sur le marché des métaux.

« Il s’agit là de résultats très honorables, compte tenu des conditions de marché difficiles »
explique Jeremy Weir, directeur général de Trafigura. « Nous avons amélioré notre position de
leader dans plusieurs matières premières clés, tout en réalisant un gain important sur notre
investissement à Corpus Christi. Nous avons également poursuivi notre programme
d’investissements ciblés dans la logistique et l’infrastructure en vue d’appuyer nos flux
commerciaux. »

La filiale Impala Terminals de Trafigura a acquis, en partenariat avec la société Mubadala
Development, une participation majoritaire dans le port de minerai de fer, Porto Sudeste au
Brésil. Impala Terminals a également réalisé ou poursuivi toute une série de projets
d’investissement en Amérique latine et en Afrique. Les investissements se sont élevés à 1,7
milliard USD durant l’année, soit une baisse par rapport aux 2 milliards USD de 2013.
L’expansion importante des capacités de la mine MATSA, située en Andalousie, dans le sud de
l’Espagne, qui inclut un doublement de la capacité de traitement, s’approche de son terme.
Une nouvelle mine est en cours de développement sur le site, la première en Espagne depuis
plusieurs dizaines d’années.

La société a par ailleurs renforcé ses liquidités en 2014 et ajouté 22 nouvelles relations
bancaires: celles‐ci totalisent aujourd’hui 135 relations bancaires, pour des lignes de crédit
s’élevant à 46 milliards USD, dont 17 milliards USD non utilisés, assurant ainsi à la société une
résilience accrue et l’accès aux liquidités, quelles que soient les conditions de marché. Trafigura
a en outre considérablement étendu son soutien financier à des contreparties sélectionnées
avec soin, sous forme de contrats d’achat prépayés s’étendant sur plusieurs années : son
portefeuille de prépaiement à court terme a doublé, à 2,301 milliards USD, et ses facilités de
prépaiement à long terme ont encore augmenté de plus de 200 millions USD.

« Nous considérons que l’accès aux capitaux confère un avantage concurrentiel à une société
de négoce» explique Jeremy Weir. « Nous mettons tout en œuvre pour assurer en permanence
le financement de nos besoins en fonds de roulement et maintenons une stricte discipline en
matière d’allocation du capital, tout en recyclant dans de nouveaux projets les fonds en
provenance de projets d’investissement arrivés à maturité. »

« Nous entendons créer une entreprise diversifiée en termes de géographie, de produits, de
clients et de financement, suffisamment résiliente pour faire face à toute circonstance
commerciale et économique. Nos investissements continus dans les technologies d’information
et dans nos capacités de gestion des risques contribuent à la rentabilité de nos opérations et se
traduisent par des flux commerciaux fiables, même dans des conditions de marché
imprévisibles et en constante évolution. Nous continuons à prendre des décisions à long terme
en vue d’investir dans l’infrastructure, la logistique et surtout dans les relations avec nos
clients, lesquelles nous paraissent cruciales pour notre réussite. Malgré les conditions difficiles
qui affectent certains marchés des matières premières, nous restons confiants dans les
perspectives de croissance à long terme de la demande en matières premières ainsi que dans la
fiabilité, l’efficacité et la responsabilité que nous démontrons dans l’offre de nos services »
conclut Jeremy.

FIN

Pour regarder la vidéo de l’entretien de Jeremy Weir sur les résultats annuels et pour télécharger le rapport annuel (en anglais), veuillez visiter : www.trafigura.com/financials/2014‐annual‐report

Pour des images haute résolution, veuillez visiter : https://www.flickr.com/photos/trafigura_images/


Pour obtenir de plus amples informations, veuillez contacter : Bureau de presse Groupe Trafigura : +41 22 592 4528 ou media@trafigura.com

Note aux rédacteurs :
Fondé en 1993, le Groupe Trafigura s’affirme aujourd’hui comme l’un des plus grands négociants
indépendants de matières premières au monde, spécialisé dans les marchés du pétrole, des minéraux et des métaux. L’approvisionnement et le transport de pétrole, de produits pétroliers, de minerais et de métaux constituent ses principales activités commerciales. L’activité de négoce est soutenue par des participations et des actifs industriels et financiers, dont la société de distribution mondiale de produits de pétrole Puma Energy ; la joint‐venture DT Group ; l’opérateur international de terminaux portuaires Impala ; la Division Minière de Trafigura et Galena Asset Management. Le Groupe Trafigura est détenu par 600 de ses 5600 employés, répartis dans 36 pays à travers le monde. Depuis plus de vingt ans, le Groupe assure le lien entre ses clients et l’économie mondiale, et encourage la prospérité en favorisant le commerce. www.trafigura.com

i Les comparaisons à périmètre comparable excluent, pour les deux années, les cessions importantes de filiales préalablement consolidées et les gains de réévaluation générés par leur déconsolidation. Ces cessions renvoient plus spécifiquement à Puma Energy et à la mine de Condestable en 2013 ainsi qu’à deux transactions en 2014 : la vente de 80 % des parts dans notre terminal de stockage pétrolier à Corpus Christi, dans le sud du Texas, et la vente de l’activité bitume de Trafigura à Puma Energy Holdings en mars 2014.

ii L’EBITDA correspond au bénéfice d’exploitation, avant la quote‐part dans les résultats des entités mises en équivalence, la dépréciation et l’amortissement, les gains/pertes des cessions de filiales, les entités mises en équivalence et autres investissements, les pertes de valeur et autres revenus et dépenses d’exploitation.